Pourquoi et comment recycler les mégots de cigarette ?
Recyclage megots by Smoky

Chaque année, ce sont 25 000 tonnes de mégots qui finissent dans la nature en France. Cela représente 35 milliards de cigarettes dont deux milliards rien qu’à Paris.

Dans l’espace public français, un mégot sur deux finit dans la rue, dans les égouts ou dans les espaces verts. Le problème est que les mégots de cigarette sont des déchets dangereux, polluants et qui ont besoin d’être traités. Du fait de la présence de milliers de substances toxiques, un mégot peut, à lui seul, polluer jusqu’à 500 litres d’eau.

Aussi, dans la nature, le déchet se fragmente en microparticules de matières plastiques, qui intoxiquent petit à petit la faune et la flore. Il suffirait de quatre mégots dans un litre d’eau pour tuer un petit poisson.

Ce déchet met en moyenne 12 ans à se dégrader. Pendant ce temps, il pollue les sols, l’eau et constitue un danger pour la faune, la flore et, par extension, pour l'espèce humaine. Pourtant, les mégots sont des déchets recyclables !

 

Les mégots de cigarette sont-ils recyclables ?

Avec la collecte et le ramassage des mégots de cigarette, il est possible de réduire le nombre de déchets jetés au sol et, par conséquent, la pollution. De plus, ils peuvent également être réutilisés en contribuant à l’économie circulaire.

En évitant l’incinération de ces déchets, le recours des entreprises à de nouvelles matières plastiques, polluantes et ayant une durée de vie relativement longue seront limités. Par le recyclage, c’est tout le processus de fabrication des matières remplacées qui est évité.

La cendre, le papier et le tabac constituent 25% du mégot. Après avoir dépollué cette partie, elle peut être transformée en compost. Les 75% restants sont l’acétate de cellulose, soit du plastique. Une fois travaillé, l’acétate de cellulose peut aisément  être transformé en de nouveaux objets, ou même en bobine pour impression 3D.

 

Quelles sont les solutions de recyclage pour les mégots de cigarette ?

En France, la loi AGEC (anti-gaspillage pour une économie circulaire) de 2020 introduit le principe de pollueur-payeur pour les producteurs de cigarettes. Ceux-ci doivent financièrement participer au ramassage, au nettoyage ainsi qu’à la recherche et au développement de solutions de collecte et de recyclage. Ce financement se fait en passant par l’éco-organisme Alcome, chargé de la filière de recyclage, qui le reverse aux collectivités territoriales.

Pour leur recyclage, les mégots sont triés et séparés. Ils sont par la suite dépollués, puis transformés en granules. Ces dernières sont utilisées pour créer de nouveaux objets et des bobines pour impression 3D.

Impression 3D, mobilier urbain, isolation, panneaux de sensibilisation… La matière peut ensuite être réutilisée pour divers usages. Outre le bénéfice direct pour l’environnement, le ramassage des mégots et leur recyclage limitent l’impact des industries qui créent ce type de mobilier.

L’installation de nouveaux cendriers, fabriqués à partir de matériaux recyclés, encourage les fumeurs à jeter leur cigarette dans des lieux adaptés. La pollution au sol est évitée et la collecte facilitée. Aussi, la sensibilisation permet d’aider les fumeurs à prendre conscience des enjeux et à adopter les bons gestes en tout temps. Ce recyclage des mégots permet d’instaurer un cercle plus vertueux !

DERNIÈRES NOUVELLES
phone email
Pourquoi et comment recycler les mégots de cigarette ?